Bien ajouté dans le panier !

Quantité
  • Accueil
  • Blog
  • Comment ouvrir une bouteille de champagne comme un pro ?

Comment ouvrir une bouteille de champagne comme un pro ?

Ouvrir une bouteille de champagne est généralement synonyme de fête. Difficile de résister à l’atmosphère joyeuse qui se crée au tintement des verres de ce vin effervescent.
Peut-il exister boisson plus solennelle ? Quelques conseils pour ne pas gâcher ce moment à l’ouverture de la bouteille. Et que ça saute !

bouteille de champagne

Avant d’ouvrir sa bouteille de champagne


  • Première chose à savoir, si la bouteille vient d’être transportée, il est préférable de la laisser reposer une demi-journée car il est difficile de contrôler la poussée du bouchon si le gaz a été remué. Et oui, plus la température est faible, plus la pression est basse à l’intérieur de la bouteille. Si les circonstances ne vous permettent pas d’attendre, le mieux serait de calmer le gaz en plongeant la bouteille dans un seau à champagne pendant une demi-heure. Remplissez-le à moitié d’eau froide, à moitié de glaçons.

A moins que… 

... si vous songez sérieusement à asperger l’assistance, façon champion de courses automobile, il vous faudra agiter vigoureusement la bouteille. Vous créerez alors un jaillissement de mousse à l’ouverture qu’on appelle le phénomène de gerbage. Effet douche garanti !

En montagne, ce phénomène est plus marqué car en altitude la pression diminue et le volume de gaz augmente. Sachez tout de même qu’il ne restera plus grand-chose à boire.

 

  • La température convenable de service est entre 6° et 8°C.
  • Prévoyez les flûtes pour verser le champagne aussitôt que le bouchon aura sauté. Vous remplirez jusqu’à ce que la mousse atteigne les 2/3 du verre, puis attendrez que la mousse se dissipe pour compléter.
  • Oui des flûtes ! Préférez les flûtes aux coupes. Pourquoi ? Car dans une coupe, les arômes et les gaz s’en vont plus rapidement, la surface en contact avec l’air étant plus importante dans une coupe. Certes, on vous l’accorde,  proposer une « coupe de champagne », ça fait tout de suite plus standing... sans quoi vous insinuerez le besoin pressant qu'on vous joue un air.
ouvrir une bouteille de champagne

Dans les règles de l'art


Non pas avec les dents ! La technique requiert plus de dextérité :

 

D’abord, ôtez avec délicatesse la coiffe en étain enveloppant le muselet métallique. Le muselet est l’armature de fil de fer qui enveloppe le goulot.

 

Puis, en dévissant le collier torsadé de serrage du muselet, gardez fermement le pouce sur le bouchon afin de le retenir si la pression le fait s’échapper.

 

Fixez la base de la bouteille sur votre hanche pour l’incliner légèrement à 45°. Si la bouteille mouillée est glissante, utilisez une serviette.

 

Les choses sérieuses commencent : Tournez légèrement la bouteille pour faire sortir le bouchon. N’oubliez pas que c’est la bouteille qui tourne et non le bouchon.

 

Et là, concentrez-vous ! Quand vous sentez que le bouchon commence à s’extraire, arrangez-vous pour ne jamais pointer la bouteille de champagne en direction de l’assistance ou des objets fragiles.  Le bouchon va littéralement sauter.

Pour ceux qui aiment les méthodes douces, il existe aussi des griffes ouvre-champagne qui assurent une bonne prise sur le bouchon lors de l’ouverture.

sabrer une bouteille de champagne

A la hussarde, pour les plus téméraires


La tradition de sabrer le champagne ne date pas d’hier. Elle nous vient de l’époque napoléonienne. Le sabre était l’arme de choix de la cavalerie des Hussards. De retour des batailles contre l’Empire Austro-Hongrois, la victoire était célébrée d’un revers de lame sur les bouteilles de champagne. Cette tradition du sabrage est révolue mais le geste perdure de nos jours. Il s’agit simplement d’un rituel qui réjouit les invités les soirs de grande réception. 

 

Voilà pour la parenthèse historique, passons aux travaux pratiques :

D’ordinaire, comme le commun des mortels, vous disposez d’un sabre qui traîne parmi vos ustensiles de cuisine. Un sabre stylé, dans son fourreau, que vous dégainez en toute occasion.  Si ce n’est pas le cas, empoignez accessoirement un grand couteau assez solide, moins intimidant, mais cela fera l’affaire. 

 

Une fois la coiffe en étain retirée, examinez scrupuleusement le col de la bouteille pour y repérer la jointure du verre formée après assemblage des deux moules pour former le flacon. C’est ce qu’on appelle la couture. Au lieu de faire tourner la bouteille, ce sera la lame qui va glisser le long de la couture, d’un coup sec.

 

Tenez fermement la bouteille à sa base façon sommelier, paume en dessous et votre sabre dans l’autre main. Le bouchon pointe vers le ciel afin d’éviter le drame. La bouteille est inclinée à 45°.

 

Utilisez le côté non tranchant du sabre pour atteindre d’un coup sec le bourrelet inférieur du goulot en faisant glisser le long de la couture.

Sous l’effet du choc et de la pression du champagne, le bouchon va vouloir s’échapper. La bouteille se brise net, sans éclats de verre.

Une fois le champagne sabré, libre à vous de le sabler : c’est-à-dire de le boire d’une traite… attention toutefois à ne poussez pas le bouchon trop loin. 

Le saviez-vous ?


A température de service, une bouteille de champagne expulse son bouchon de liège à une vitesse de 40 km/h, soit avec une pression de 2.5 bars. Si la bouteille est secouée et qu’elle est restée exposée à la chaleur, la vitesse du bouchon peut atteindre les 100km/h.

La taille, ça compte : Plus les bulles sont fines, meilleur est le champagne.

Et si un de vos convives vous annonce qu’il est placomusophile, pas en panique, ce n’est pas contagieux, il s’amuse simplement à collectionner les capsules de champagne, par passion.

Vous avez aimé cet article ?

5 articles
|
 Mosaïque  Détail
12,90 €
1
Disponible
29,90 €
1
Disponible
6,99 €
1
Disponible
49,00 €
1
Disponible
89,00 €
1
Disponible
5 articles
|
 Mosaïque  Détail