Bien ajouté dans le panier !
Quantité

YQUEM (Château)

Yquem reste et restera le plus grand et le plus célèbre vin liquoreux du monde. Depuis cent ans, cet unique Premier Cru Classé Supérieur se démarque des autres vins de Bordeaux par sa régularité exemplaire, même dans les petits millésimes et les périodes difficiles. Sous la direction de Pierre Lurton, déjà à la tête de Cheval Blanc, le cru ne produit que de grands chefs-d’œuvre depuis une dizaine d’année, méritant plus que jamais son statut de vin mythique.La particularité d’Yquem vient de son terroir unique. Ici, le botrytis se développe comme nulle part ailleurs et offre des Sauternes absolument merveilleux, à la somptuosité maîtrisée et au potentiel de gade incroyable qui le place loin devant tous ses voisins. Oui, Yquem, est un mythe à lui tout seul et oui, les prix sont élevés. Mais Yquem c’est l’excellence à l’état pur : aucun amateur de liquoreux ne devrait s’empêcher de le déguster au moins une fois dans sa vie…

Guide Bettane et Desseauve 2015 : ★★★★★ Guide Bettane et Desseauve 2016 : ★★★★★ Guide des Meilleurs Vins de France 2015 : Domaine noté ★★★
19.3/20
Noté par 32 clients
4 articles
|
 Mosaïque  Détail
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
420,00 €
1
Disponible
0,75 L
295,00 €
1
Disponible
0,375 L
275,00 €
Plus que 3 btlle(s)
1
Disponible
0,75 L
345,00 €
1
Disponible
4 articles
|
 Mosaïque  Détail

Yquem invite au silence, à la méditation. Le déguster ouvre toujours une parenthèse, une rupture, dans l'agitation et la confusion des occupations de la vie.

La grande paix naturelle

Ce liquide éblouissant semble irradier sa propre lumière de l'intérieur. Il offre au regard toutes les nuances de l'or et du soleil. Avec les années, la couleur d'Yquem passe de l'aube au crépuscule, du jaune paille cristallin à un acajou translucide de plus en plus dense et rouge, jusqu'au caramel foncé, opaque des plus vieux millésimes.

Avant même d'avoir approché le verre, toutes les tensions s'apaisent. Vous devenez pleinement détendu, tranquille, serein. Comme si ce vin savait vous rendre prêt, attentif et disponible pour le déguster.

Yquem possède la majesté inaltérable d'une montagne, insensible aux vents qui l'assaillent ou à l'épaisseur des nuages sombres qui tourbillonnent à son sommet. Il refuse d'obéir à la loi de la gravité dans un verre et ne s'écoule que très lentement le long des parois.

Ses parfums de fruits, de fleurs et d'épices vous font pénétrer dans le plus extraordinaire des jardins, un jardin absolu qui renfermerait tous les parfums du monde. D'abord, s'élève la fraîcheur de la pêche, de l'abricot, du melon, de l'ananas et de la noix de coco. Mais aussi des plus beaux agrumes : fleur d'oranger, citron confit, mandarine... Puis, la vivacité des parfums de fleurs de tilleul et de chèvrefeuille vous caresse. Les parfums sont infinis. C'est au tour des épices de jaillir du verre. Vanille, cannelle, safran, réglisse, avec une intensité d'une grande générosité. Caramel, cire et miel vous enveloppent enfin de leur richesse et de leur pureté irréelles. Avec Yquem, le paradis est à portée du palais, car ce vin condense tous les parfums du jardin de la Genèse.

Dès que vos lèvres touchent ce nectar, votre corps et votre tête vibrent d'une sensation intense. Un plaisir extrême. Une joie indicible. Un amour brûlant. Vous entrez dans l'univers de l'extase mystique, où la frontière entre la jouissance de l'esprit et la jouissance physique est ténue. Un monde où les moments les plus forts de votre vie ressortent de votre mémoire, l'étreinte dans les bras d'une femme, la naissance d'un enfant, la beauté et la tranquillité de l'océan infini.

Yquem possède le secret d'englober des sensations a priori opposées : la douceur et la fraîcheur, la présence et la légèreté, l'élégance et la flamboyance. L'harmonie parfaite, absolue, s'accomplit à chaque gorgée.

Avec Yquem, toutes les fautes sont pardonnées. Toutes les douleurs sont oubliées. Toute tristesse consolée et transformée en larmes de bonheur.

A cet instant, tout devient vif, clair, débordant de vie, pétillant d'allégresse et de fraîcheur. Il s'élève en vous une grande paix intérieure, un sentiment inexplicable mais grandissant de certitude inébranlable. Vous vivez un instant d'éternité et d'absolu où tout est suspendu. La lumière radieuse du soleil sans voile d'Yquem brille dans votre cœur.

Vous faites l'expérience de la dimension absolue de chaque chose et de chaque instant.

Vivre, mourir et renaître

Vivre, mourir et renaître. Toute la tradition d'Yquem est un rituel qui illustre ce processus naturel à l'œuvre en toute chose. Dans ce cycle annuel, trois grandes phases se succèdent.

La première : la vie terrestre et solaire. Dominée par la quête de la maturité parfaite des raisins, de la plus grande complexité, de la plus extraordinaire concentration. A Yquem, le soleil règne, omniprésent. Les vignes recouvrent trois collines qui dominent la vallée de la Garonne, d'une altitude de presque cent mètres. Est, sud, ouest, nord, les yeux peuvent suivre le soleil toute la journée. Les raisins bénéficiant de toutes les expositions cardinales possibles, le soleil permet à chaque millésime la plus grande maturité possible.

Le soleil fait mûrir à Yquem deux cépages : le Sémillon (80 %), au goût de sève et qui donne sa puissance au vin ; et le Sauvignon (20 %), qui lui apporte sa finesse, ses arômes de fruit et sa fraîcheur. La concentration des parfums dans chaque grain de raisin est assurée à la fois par le soleil et par l'altitude de la colline qui fait naturellement descendre dans les profondeurs du sol toute humidité superflue.

Cailloux, argile et sables. C'est aussi de ses sols qu'Yquem tire sa très grande richesse. Sous l'action du soleil, cette extraordinaire diversité de textures de sol se transmute en très grande complexité de parfums et de saveur des raisins, puis du vin. Les cent treize hectares de vignes sont d'une telle diversité, d'un tel contraste que l'on pourrait " faire ici quatre très grands vins, complètement différents ", selon Pierre Lurton, qui préside aux destinées d'Yquem.

En septembre, la maturité et la qualité des raisins est telle que l'on pourrait facilement faire naître à Yquem l'un des plus grands vins blancs secs au monde. Mais c'est à ce moment, précisément, que commence la deuxième phase du cycle d'Yquem : la lente mort des raisins pourtant si pleins de vie.

Venu des Landes, et coulant au pied d'Yquem, le Ciron est un ruisseau qui ne voit jamais les rayons du soleil, une voûte de feuilles le recouvrant tout au long de son cours. Quand ses eaux froides se jettent dans celles, plus chaudes, de la Garonne, la rencontre des deux donne naissance le matin à des brumes très épaisses, mystérieuses, qui masquent complètement les collines, les vignes et le soleil au regard.

Dans cette humidité, un champignon mortel pour le raisin, le Botrytis cinerea, apparaît et se répand de faßon irrégulière dans les vignes. Le climat étant ici océanique, donc contrasté, ces brumes s'estompent vers le milieu de la journée pour laisser place à un fort ensoleillement l'après-midi. L'humidité fait place à la sécheresse.

Le Botrytis - la " pourriture noble " tel qu'il est appelé à Sauternes -, accroché à la peau du raisin, la digère, puis s'insinue dans la baie. Le feu de l'enfer brûle les raisins de l'intérieur, fait s'évaporer l'eau. Le jus et la matière se concentrent. La teneur en sucre augmente (jusqu'à 400 grammes par litre) et donnera au vin sa richesse fabuleuse et cette capacité unique à affronter le temps.

Le vent sec de l'orient sèche les baies les après-midi, empêchant des lésions de se former sur la peau, prolongeant l'action du Botrytis. Chaque grain ainsi attaqué se flétrit, pourrit, et se couvre d'une pellicule couleur de cendre repoussante. Les grappes semblent se tordre de douleur. " C'est une forme de lèpre qui tue les raisins d'Yquem ", pour Pierre Lurton. Prêts pour le grand voyage vers l'au-delà des mystères de l'Egypte ancienne, les raisins sont momifiés sous un voile de cendre de Botrytis.

A ce moment, et avec attention et discipline - les éléments cosmiques ne destinant à cette mort particulière que certains grains de raisins - l'homme peut commencer les vendanges qui concluent cette deuxième phase. Elles sont parmi les plus longues au monde : cent cinquante hommes et femmes peuvent passer jusqu'à dix fois dans les vignes, pendant plusieurs mois, pour recueillir grain à grain les corps desséchés des raisins. Les rangs des vignes d'Yquem ont alors des allures de convoi funéraire. Lorsque les vendangeurs déposent les dépouilles des raisins dans de grands contenants, les voiles de cendre de Botrytis se déchirent, des fumées grisâtres de poussières s'élèvent.

Peut alors commencer la troisième et dernière phase de cette mystérieuse alchimie, celle de la renaissance où, de l'obscurité de la mort, la lumière et la vie vont jaillir. Arrivés dans les chais, les raisins sont lentement pressés. Miraculeusement, de ces raisins noirâtres s'échappe un jus jaune or, couleur de la jeunesse, de la force, de l'éternité. Symbole des dieux. Le silence est à cet instant saisissant. Puis, lentement (jusqu'à 40 mois contre 24 mois pour les vins rouges), ce jus cristallin va fermenter, se transformer en vin, et vieillir dans des barriques de chêne. Après ce long périple, lorsque ce liquide magique sera mis en bouteilles dans des flacons transparents comme le ciel, la transmutation alchimique sera complète.

De l'obscurité de la mort, la lumière et la vie auront jailli, le soleil se sera incarné en Yquem.

Cinquante ans, cent ans, cent cinquante ans... Parce qu'il a traversé la mort, Yquem peut traverser le temps, indéfiniment.

L'abbaye royale

Yquem est un lieu hors du temps, un espace protégé, tenu à l'écart des bruits et incertitudes de la vie des hommes pendant des siècles. Dès que vous vous en approchez, le sentiment particulier et précieux d'être loin de tout, et si près de l'essentiel, vous envahit.

Bien qu'il en ait l'apparence, Yquem n'est pas seulement un château. C'est bien plutôt une abbaye. Un lieu sacré, de paix, de silence et de travail.

Perché sur une colline à près de cent mètres d'altitude, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Bordeaux, Yquem est le point culminant et le cœur de tout Sauternes. Il domine toute la vallée de la Garonne qui coule vers Bordeaux, et tous les Premiers Crus classés de Sauternes, qui sont situés dans un rayon de 1,6 kilomètre autour de lui, tels des vassaux assemblés autour de leur roi.

Le sentiment de domination est renforcé par le ciel. Immense. A perte de vue. Dans toutes les directions, rien n'arrête le regard. Sauf peut-être quelques palombes qui tracent des figures géométriques et symétriques. Yquem, le seul Premier Cru Classé Supérieur, domine le monde, avec la certitude d'être une montagne sacrée, l'un de ces lieux à part où s'accomplit des miracles.

En grimpant par le chemin abrupt qui mène au sommet, le château s'offre à vous. Féodal, c'était à l'origine une maison forte, transformée avec le temps en ferme fortifiée. Murailles, tours aux toits pointus, cour intérieure, tous les styles architecturaux sont présents. Mais l'impression qui domine est celle d'une harmonie parfaite, d'un dépouillement extrême et d'une grande simplicité.

Réparties sur tous les flancs de la colline et plus loin encore, les vignes, orientées majoritairement sur l'axe sacré nord-sud, recouvrent tout le paysage sur cent hectares. Un silence de paix intérieure, de joie de vivre indicible et pétillante émane des lieux et de tous les visages croisés au hasard de vos pas. La complicité de ceux qui connaissent la simplicité intérieure est presque palpable. Dans la vivacité de l'air, sur les pierres jaunes du château, sur la terre dorée du sol, partout, une lumière vive et d'or vous entoure et vous prépare à celle qui jaillira du nectar.

L'un des lieux les plus secrets d'Yquem se trouve à quelques mètres. C'est un labyrinthe de millésimes anciens. Plusieurs siècles d'Yquem et de trésors y sont entreposés, rangés, annotés de souvenirs, tels les manuscrits de la bibliothèque de toute la chrétienté du Nom de la Rose. Pas d'obscurité ici, car ces vins enluminés éclairent d'une lumière jaune et dorée la longue pièce. Là encore, Yquem prouve qu'il sait faire jaillir la lumière de l'obscurité, et la vie de la mort.

Yquem est un pèlerinage, un voyage vers la paix et le silence. Chacun peut s'y retrouver, goûter et apprécier ces instants magiques où le temps est suspendu à chaque instant.

Les Gardiens de la Couronne

Incarnation du principe universel de vie, de mort et de renaissance, Yquem ne peut réellement appartenir à aucun homme. Au cours des âges, ceux qui ont eu à régner temporairement sur Yquem n'en ont toujours été que les gardiens, les intendants.

Pérennité. Perfection. Sacré. Transcendance. L'histoire d'Yquem est magnifiquement résumée dans le symbole qui orne ses bouteilles : la couronne. Et c'est bien cette couronne qui aura été transmise à chaque héritier au cours de l'histoire millénaire d'Yquem.

Il y a presque mille ans, Yquem est un domaine royal, le seul des plus grands vins de Bordeaux ayant appartenu à des rois. Rien de plus normal puisque, comme Yquem, le roi est à l'époque l'incarnation du principe divin sur Terre. En plein Moyen Age, en 1137, Yquem est la propriété d'Aliénor d'Aquitaine. Après un premier mariage avec le futur roi de France Louis VII, elle épouse Henri Plantagenêt, qui deviendra roi d'Angleterre sous le nom de Henry II. Pendant trois siècles, Yquem appartient donc à la couronne d'Angleterre. En 1453, à la fin de la guerre de Cent Ans (1337-1453), Yquem revient à la couronne de France. Certains érudits prétendent que déjà, au temps de François Ier (1494-1547) et de Léonard de Vinci, on laissait à Yquem pourrir les raisins pour produire ce breuvage magique.

Copernic, Luther... Quand, à la Renaissance, l'ordre immuable du monde est remis en cause, les certitudes sont bousculées, la monarchie d'essence divine contestée, la providence confie la couronne d'Yquem à une famille: les Sauvage. En 1593, Jacques Sauvage, un notable local, reçoit du roi de France les droits de tenure simple sur les terres d'Yquem. En 1650, ses descendants sont anoblis par Louis XIV. En 1785, à la veille de la tourmente révolutionnaire, Françoise-Joséphine Sauvage d'Yquem - la descendante de Jacques Sauvage - épouse le comte Louis Amédée de Lur Saluces. La couronne d'Yquem reste dans la même famille mais par mariage sera désormais associée au nom de Lur Saluces. Romain-Bertrand, Amédée, Eugène, Bertrand, Alexandre... la lignée des Lur Saluces se perpétue à chaque génération jusqu'à la fin du XXe siècle. Conscient de sa haute charge, chacun des représentants de cette famille - désigné et choisi nominativement par son prédécesseur - va permettre à Yquem de traverser sans encombres les tempêtes de l'histoire pendant ces deux siècles tourmentés.

A la fin du XXe siècle, alors que la mondialisation menace l'indépendance et la pérennité d'Yquem, la famille des Lur Saluces décide de confier la couronne de soleil et d'or d'Yquem au groupe de luxe LVMH, Moët Hennessy-Louis Vuitton, à coup sûr l'empire français le mieux armé tant culturellement que financièrement pour la préserver et pour perpétuer ces rites sacrés dans le troisième millénaire.

Au final, chacun des gardiens successifs de la couronne d'Yquem aura magnifiquement été digne de sa charge en manifestant cinq qualités souvent rares aujourd'hui.

L'excellence tout d'abord. Chacun des 600 000 pieds de vigne recevant au total une cinquantaine de soins différents, ce sont trente millions de gestes parfaits qui sont réalisés chaque année. Chacun d'eux est réalisé avec la même dévotion et minutie que celles que les moines enlumineurs du Moyen Age mettaient à copier les textes sacrés.

Le courage. Pour qu'au travers des vicissitudes et de l'adversité du temps, quoi qu'il en coûte, Yquem reste ce qu'il doit être.

L'humilité. De ceux qui savent n'être que les serviteurs d'un mystère qui les dépasse.

Le détachement. Car chaque année, la nature peut réduire à néant en une journée le travail des hommes d'une année : avec de la pluie, les raisins se gorgent d'eau, et la concentration disparaît. Incapables de donner du Yquem, les raisins sont coupés et laissés à terre, destinés à la décomposition. Il n'y a alors pas de millésime produit à Yquem.

Et la croyance dans le sacré et l'absolu. Car, comme l'affirme Pierre Lurton : " Ici, l'homme doit se hisser à la hauteur d'Yquem." Yquem n'appartient pas au monde du maintenant, mais à celui de l'absolu.

Le Saint-Graal

Au-delà des mots. Indicible. Avec Yquem, on quitte le monde des vins pour entrer dans celui des symboles, où est suggéré ce que l'on ne peut ni dire, ni écrire

Fait de lumière et d'or. Réceptacle de toutes les traditions hermétiques. Doté de pouvoirs magiques. S'il est un objet qui peut symboliser la quête perpétuée à Yquem, c'est le Saint-Graal de la littérature médiévale. Objet des quêtes des chevaliers de la Table ronde. Les bienheureux qui réussissent à tremper leurs lèvres dans un calice d'Yquem le savent : de cet élixir naît la compréhension mystérieuse et intuitive des secrets de toute chose.

Comme le Graal, Yquem symbolise la plénitude intérieure que les hommes ont toujours ardemment cherchée. C'est un miroir de l'aventure spirituelle, de la transformation de l'esprit et du cœur qui s'opère chez l'homme qui le cherche.

Yquem est le vin que l'on devrait déguster avant de mourir. Pour s'y préparer, et pour y entrer en toute sérénité. Et garder vive à l'esprit ces paroles d'un vieux sage :

Je me réjouis de la mort bien davantage encore

Que ne se réjouissent les navigateurs à amasser d'immenses fortunes sur les mers

Ou que les seigneurs des dieux qui se vantent de leurs victoires aux combats ...

Je ne m'attarderai pas plus longtemps en ce monde;

Mais irai demeurer dans la citadelle de la grande béatitude de l'immortalité.

A retenir

On peut affirmer sans rougir que d’Yquem s’impose comme l'un des domaines les plus prestigieux du Bordelais.
De 1785 à 1997, ce domaine a appartenu à la famille Lur-Saluces. Un leitmotiv : l’excellence à tout prix.
En 1964, après avoir vendangé en 13 tries, la totalité de la récolte a finalement été déclassée. 
Cette année là, d’Yquem ne produisit aucun vin. Il faut un pied de vigne pour produire un seul verre d’Yquem et attendre 4 ans, après les vendanges, pour diffuser le vin. 

Région : Sauternes (cru de Graves)

Encépagement : 80% sémillion et 20% de sauvignon.
Age moyen des vignes : 35 ans.
Maturité : dans les 8 à 25 ans suivant le millésime.