Bien ajouté dans le panier !
Quantité

M. CHAPOUTIER
Vins biologiques et en biodynamie

Michel Chapoutier ne produit pas de vin biologique parce que le BIO a le vent en poupe. La biodynamie s'est imposée dès ses débuts par conviction. Simplement par amour du vin. Le but est de révéler le terroir dans sa vérité.

30 articles
|
 Mosaïque  Détail
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
12,50 €
1
Disponible

Vin Blanc / Rhône / Collines Rhodaniennes IGP / 14,5 % vol / 100% Viognier

0,75 L
13,90 €
1
Disponible
0,75 L
12,99 €
1
Disponible
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
9,90 €
1
Disponible
8,60 €
1
Disponible
0,75 L
23,90 €
Plus que 49 btlle(s)
1
Disponible
19,80 €
1
Disponible
0,75 L
12,50 €
1
Disponible
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
57,50 €
Limité à 3 produit(s) par commande
1
Disponible
livraison offerte
Livraison 24h offerte
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
32,99 €
Limité à 2 produit(s) par commande
1
Disponible
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
63,90 €
Limité à 2 produit(s) par commande
1
Disponible

Vin Rouge / Rhône / Collines Rhodaniennes IGP / 14,5 % vol / 100% Syrah

0,75 L
17,50 €
1
Disponible
0,75 L
18,80 €
Plus que 7 btlle(s)
1
Disponible
livraison offerte
Livraison 24h offerte
0,75 L
531,00 €
1
Disponible
30 articles
|
 Mosaïque  Détail

La qualité de la matière première s’obtient d’abord dans la vigne, pas dans la vinification.
MICHEL CHAPOUTIER

labourage des vignes à l'aide d'un cheval

LA BIODYNAMIE, UNE ÉVIDENCE DÈS LES DÉBUTS


Michel Chapoutier ne produit pas de vin biologique parce que le bio a le vent en poupe. Il n'a pas attendu la tendance écolo pour convertir l'ensemble de ses vignes en biodynamie. Pour lui, la biodynamie s'imposée par conviction. Cette philosophie est cœur de son projet dès ses débuts, par amour de la terre et le respect des hommes qui la travaille. Quand il reprend le domaine dans les années 80, de nombreuses maisons avaient des styles de vin où le "goût maison" prenait le dessus sur celui du terroir.

Alors mon rêve et mon ambition étaient de créer des vins qui étaient la photo du terroir, des vins où l'humain devenait timide et le sol, redevenant vivant s'exprimait mieux. Il fallait donc passer dans la logique vivante de agriculture biodynamique.
MICHEL CHAPOUTIER

Dès 1991, il convertit le domaine à la biodynamie. Il fallait oser, faire un choix décisif au risque d'être incompris. Certains trouvaient le pari risqué à l'époque. C'est en soi une révolution d'être allé à contre-courant d'un monde viticole parfois un peu trop ancré dans ses carcans. Mais Michel Chapoutier est habité par une ambition pure, celle de révéler le terroir dans sa vérité. Que la richesse de ses goûts s'exprime pleinement. Il a clairement engagé un tournant décisif pour l'ensemble du domaine. Une philosophie qu'il adoptera naturellement par la suite pour ses vignobles hors de sa vallée du Rhône natale.

PHILOSOPHIE


Apparue en 1924 sous les principes et les recommandations du philosophe et agronome autrichien Rudolf Steiner, la biodynamie recherche l'équilibre de la vigne avec son environnement immédiat et plus lointain. Son idée est simple : une plante ne vit jamais seule. Elle fait partie d'un ensemble : un sol dont elle se nourrit, la lumière qu'elle absorbe, les insectes qui y travaillent...

Elle vise à l'amélioration des sols et de la vigne :

• Préparations issues de matières végétales (tisanes), minérales (quartz pour stimuler la photosynthèse) et animales (bouse et corne pulvérisées sur le sol ou la vigne) • Enherbement naturel
• Travail du sol par labours et griffonages
• La biodnynamie prend aussi en compte dans son approche le calendrier lunaire et les cycles de végétation de la plante pour organiser le travail de la vigne et la vie dans le vignoble.
• De nos jours, son action devient surtout préventive pour le besoin des sols en analysant la cause des problèmes, plutôt que d'être curatif avec la chimie en dernier recours.

Le respect de l'écosystème est pour moi la condition sine qua non de l'expression du terroir, bénéfique sur le plan environnemental et sur le plan qualitatif, œnologique et viticole.
MICHEL CHAPOUTIER

fleurs sauvages dans les vignes

Vignes labourées à l'aide de chevaux

AU-DELÀ DU BIO


La biodynamie va donc au-delà du bio dans ses exigences car elle limite entièrement l'utilisation des produits de synthèse. Un domaine conduit en biodynamie remplit alors systématiquement les critères de la certification AB, même s'il arrive que le vigneron n'en fasse pas la demande. Pour M. CHAPOUTIER, 1999 est l'année de la première certification bio. Vingt ans plus tard, ce sont 368 hectares de vignes convertis en biodynamie (donc bio), sur 516 hectares de vignes.

La qualité de la matière première s’obtient d’abord dans la vigne, pas dans la vinification.
MICHEL CHAPOUTIER

M. CHAPOUTIER travaille avec deux organismes : Le label Demeter certifie les produits issus de l’agriculture biodynamique et le label Biodyvin qui accompagne les domaines agricoles en reconversion. Chacun a son propre cahier des charges complété par des audits annuels. Les impératifs de l'agriculture biodynamique sont encore plus exigeants que ceux du bio. Par exemple, ces règles s'appliquent au-delà du vignoble, notamment dans la cuverie et la zone de mise en bouteille où les produits nettoyants sont sélectionnés de façon drastique, jusqu'au système de dératisation qui proscrit la fumigation. Maintenant encadrée, la biodynamie est un moyen d'apporter des solutions face au "tout chimique" hélas devenu systématique. Heureusement, ce type d'agriculture se développe considérablement de nos jours et nul doute qu'avec son envergure, Michel Chapoutier y a largement contribué. Il peut d'ailleurs se targuer d'être à la tête du plus grand vignoble en biodynamie au monde !

LA BIODYNAMIE SELON MICHEL


La biodynamie, c'est une philosophie. Elle est clairement conçue comme une rupture par Michel Chapoutier qui a toujours douté des enseignements formatés et classiques. Pour lui, s'ouvrir à la biodynamie, c'est avant tout observer, constater et agir. Ouvrir les yeux sur les méthodes de culture qui érodent les sols.
Très terre à terre, il aime à le rappeler en prenant les mots au pied de la lettre : Certaines méthodes de culture emploient pesticides, herbicides... Des mots explicites au suffixe latin "-cide" signifiant " qui tue" et ne favorisant clairement pas la vie. En revanche, la biodynamie place le vivant au cœur de sa philosophie : Bio signifie "Vie". Dynamie désigne "l'action efficace".

Une lutte résumée en deux mots :

• Celle des éléments naturels qui interagissent entre eux : BIO

En n'ayant recours qu'à des éléments naturels (minéraux, végétaux, animaux) pour préserver l'équilibre naturel, les sols sont nourris à base de matière organique. Ils préservent ainsi la bactérie, véritable “mère” de la vigne, qui va transformer le minéral en végétal. Cette bactérie, si précieuse, transmet à la vigne et au vin la typicité de son terroir. Il faut observer : Comprendre les cycles de la terre, du soleil et de la lune. Du sommeil, comme du réveil de la vigne. Et faire des choix, comme celui de la taille, le moment des vendanges.

• Celle de l'action. Observer, constater, et agir : DYNAMIE

Michel CHAPOUTIER est un véritable précurseur dans la culture de la biodynamie. Il y a encore une dizaine d'années, les vignerons qui pratiquaient la biodynamie passaient encore pour des illuminés et on leur rapprochait de mettre en péril la filière. Les controverses et critiques à l'encontre de la biodynamie s'attaquent aux principes astrologiques de la méthode et n'hésitent pas à insister sur ses aspects jugés occultes et ésotériques. Mais Michel Chapoutier repousse toujours les limites de ce concept. Au-delà des soins apportés à la vigne, dans son observatoire, un principe est particulièrement valorisé : l’amour. L’idée fait son chemin : une personne qui croit vraiment en ce qu’elle fait, quand elle le fait par amour, apporte de meilleurs résultats à la vigne.

L’homme et la nature sont plus liés que jamais. Ce rapport, les paysans d'autrefois l'avaient déjà de manière fusionnelle avec la terre. Mais les dérives de notre époque en font aujourd'hui une véritable lutte, si silencieuse soit-elle. Et de cette "petite magie" qui métamorphose le raisin en vin, naissent des vins singuliers à l'expression authentique du terroir.

Vignes labourées à l'aide de chevaux

L'Homme et la vigne

Même si on était précurseurs, on ne le crie pas sur tous les toits. On ne le met pas tellement en avant parce que ça nous paraît tellement logique, normal. C’est ancré dans notre ADN.
MICHEL CHAPOUTIER