Bien ajouté dans le panier !

Quantité
Un vieil adage dit : "mieux vaut boire un bon crémant qu'un mauvais champagne". Souvent à des prix beaucoup plus abordables que le Champagne, et surtout avec des personnalités bien marquées, les Crémants deviennent des stars à part entière. Avec 70 millions de bouteilles produites en France, et près de 5% de progression annuelle, les crémants ne se sont jamais aussi bien portés. Cela s’explique du fait que le Champagne ne peut répondre seul à l’engouement nouveau et international pour les bulles, et celui-ci deviendra, dans un futur proche, un produit de luxe accessible seulement aux porte-monnaie bien  rempli…  Il est temps de commencer à regarder de plus près les effervescents des autres régions, vinifiés de la même façon et surtout plus accessibles. Le terme de Crémant est réservé aux appellations Alsace, Bourgogne, Bordeaux, Limoux, Jura, Die et aux vins de Loire élaborés selon la méthode traditionnelle. Les vins ont des caractères bien affirmés : douceurs pour l’Alsace, vivacité pour le Jura, rondeur pour le Limoux ou élégance pour la Loire… A vous de choisir votre style !  Crémant d’Alsace :  1ère région de production de crémants. La reconnaissance de cette appellation, en 1976, a donné un nouvel essor à la production de vins effervescents élaborés selon la méthode traditionnelle. Elaborés sur toute l’air de l’appellation, ils sont pour la plupart issus d’un assemblage dominé par le pinot blanc. Riesling, pinot gris, chardonnay, auxerrois et pinot noir sont les autres cépages autorisés. Le crémant d’Alsace se distingue surtout par sa légèreté et sa finesse. Crémant de Bourgogne :  Reconnue en 1975, l’appellation crémant-de-bourgogne a remplacé l’AOC bourgogne mousseux en 1984, dont la qualité n’était pas très homogène, sans doute parce que le mousseux se faisaient à partir de vin trop lourds. Elle impose des conditions de production aussi strictes que celles de la région champenoise et calquées sur celle-ci. Elle connaît actuellement un bon développement. Le crémant-de-bourgogne est le plus porche du champagne. Il peut être un blanc de blancs, élaboré généralement par un assemblage de chardonnay et d’aligoté, ou assembler des cépages blancs avec le pinot noir et/ou le gamay vinifiés en blanc. Le premier se distingue par sa grande finesse, le second par sa vigueur.  Crémant du  Jura :  Les bulles jurassiennes bénéficie de l’appellation crémant depuis 1995 avec succès : elles représentent près d’un quart de la production et plus de 90% des domaines s’y sont convertis. Plusieurs cépages sont autorisés : le poulsard, le pinot noir (appelé localement gros noirien), le pinot gris et le trousseau en rouge ; le savagnin (appelé localement naturé) et le chardonnay (appelé melon d’Arbois ou gamay blanc). Le climat semi-continental rejaillit sur le caractère des vins, qui expriment avec force les caractères des terroirs jurassiens, ils possèdent une vivacité souvent plus marquée et un style plus singulier que les autres crémants.  Crémant de Bordeaux :  Bordeaux a aussi ses bulles : une production de crémants insolite, méconnue mais pas anecdotique (+ de 2 millions de bouteilles produites). AOC depuis 1990 il est élaboré en méthode traditionnelle avec des règles très strictes, les cépages sont ceux du Bordelais (sémillon et sauvignon pour les blancs et cabernet-sauvignon, cabernet franc et merlot pour les rosés), les vins de base doivent être produits dans l’appellation Bordeaux, la prise de mousse doit être effectuée dans la région de Bordeaux. La douceur du climat girondin favorise la production de vins plutôt ronds et souples.  Crémant de Die :  L’AOC a été reconnue en 1993. Le crémant de Die est très différents de la clairette de Die méthode ancestral, plus connue. Les deux vins ont la même aire d’appellation mais se distinguent par leur méthode d’élaboration et part leurs cépages. Pour ne rien simplifier, le crémant utilise principalement le cépage clairette, alors que la clairette (le vin) est essentiellement issue du cépage muscat. La mousse est fine et légère, les arômes à dominante de fruits verts.  Crémant de Limoux :  L’AOC date seulement de 1990 et est l’unique appellation languedocienne à élaborer des vins à bulles. Limoux produit 4 millions de bouteilles par an en plus de ses traditionnelles blanquettes. Depuis déjà quelques années s’affinaient dans leurs chais des cuvées issues de subtils mariages entre la personnalité et la typicité du mauzac, l’élégance et la rondeur du chardonnay, la jeunesse et la fraîcheur du chenin.  Crémant de Loire :  Les crémants (environ 10 millions de bouteilles) sont produits sur l’aire des appellations Anjou, Saumur, Tourraine et Cheverny. Ils se déclinent différemment selon les climats (plus océanique à l’ouest, plus continental à l’est) et les cépages, nombreux, sont les variétés plantées dans les différents secteurs du Val de Loire : le chenin et le cabernet Franc dominent, mais les assemblages peuvent aussi piocher dans les autres cépages comme le pineau de Loire, le cabernet-sauvignon, pinot noir, grolleau, chardonnay. L’AOC a été reconnue en 1975.