Bien ajouté dans le panier !
Quantité
Vin Blanc / Jura / Côtes du Jura AOC / 13,5 % vol / 100% Savagnin
Classé par nos clients dans le top 10 Jura

COTES DU JURA SAVAGNIER 2018 - DOMAINE BERTHET - BONDET

0,75 L Vin Blanc / Jura / Côtes du Jura AOC / 13,5 % vol / 100% Savagnin

AB
Un savagnin parcellaire floral et délicat, filant et juteux, tout en simplicité. !
Le Côtes du Jura Savagnier 2018 est un 100% Savagnin élevé exclusivement en cuves inox pour préserver le caractère variétal et présenter un blanc floral, aérien et frais. Très agréable en bouche avec une minéralité remarquée et une finale longue et savoureuse. Ici la fraîcheur est toujours présente malgré une année très chaude et une belle maturité des raisins. Un très joli Savagnin ouillé!
Voir les caractéristiques
19,95 €
1
Disponible
Livraison en 24h

Emballage anti-casse
Vous voulez être livré le 29/02/2020 ?

Choisissez la Livraison en 1 jour ouvré au cours de votre commande.

En savoir +
LES + VINATIS
MEILLEUR PRIX
GARANTI OU REMBOURSÉ
DISPONIBLE
EN 24H CHEZ VOUS
PAIEMENT
SÉCURISÉ
100% DES VINS
DÉGUSTÉS ET APPROUVÉS

Recommandé pour vous

0,75 L
19,90 €
1
Disponible
Livraison en 24h
0,75 L
18,50 €
1
Disponible
Livraison en 24h

Vin Blanc / Jura / Côtes du Jura AOC / 13 % vol / 100% Savagnin

0,75 L
23,50 €
1
Disponible
Livraison en 24h
COTES DU JURA SAVAGNIER 2018 - DOMAINE BERTHET - BONDET
  Millésime
2018
  Cépage
100% Savagnin
  Bio
AB
  Goûts
Blanc Sec léger et nerveux
  Par Goûts
Floral
  A l'oeil
Robe claire
  Au nez
Nez sur les fruits jaunes, le citron, avec des notes florales
  En bouche
Bouche savoureuse et minérale
  Température de service
10-12°C
  Service
En bouteille
  Conservation
A boire et à garder
  A boire à partir de
2019
  Jusqu'à
2025
  Accords mets-vin
Poisson, Viande blanche, Champignon, Cuisine du monde, Fromage


Vous aimez ce vin ?
Laissez votre avis et gagnez 1€ !

Vous devez être connecté pour laisser des avis :

Aucun avis

BERTHET-BONDET

Le domaine Berthet-Bondet a été repris par Chantal et Jean Berthet-Bondet, tous deux anciens ingénieurs agronomes. Ils s’installent à Château-Chalon en 1984 et les premières vendanges ont lieu en 1985. N’étant issu ni l’un ni l’autre de famille vigneronne, l’acquisition des parcelles et du savoir-faire se fait progressivement. Parmi les 15 hectares de vignes, le domaine cultive 4,5 hectares de savagnin en AOC Château-Chalon et 10,5 hectares en AOC Côtes du Jura

Voir les produits du domaine

Depuis des temps immémoriaux, la vigne couvre la majeure partie des côteaux de la région de Voiteur. Les vins de cette zone géographique sont des vins reconnus pour leur qualité. Ils étaient déjà connus et appréciés des Romains, au point qu'un édit de l'empereur Probus, en l'an 280, ordonnat que l'on plantât beaucoup de vignes sur les collines favorables de Séquanie (ancienne Franche-Comté). L'histoire du vignoble et du vin Château-Chalon (autrefois appelé vin de gelée ou vin de garde) est clairement liée à celle de l'abbaye du même nom. L'acte le plus ancien relatif à l'abbaye est un diplôme du roi Lothaire en l'an 869. A l'époque, les abbesses devaient prouver 16 quartiers de noblesse pour être admises et celà explique le rayonnement qu'eut le vin de Château-Chalon dans les familles nobles à travers toute l'Europe. Ce vin, si cher aux abbesses, fut également très apprécié par les rois ou les empereurs.  Pour la petite histoire, on raconte qu'Henri IV but deux bouteilles lorsqu'il signa son traité avec le duc de Mayenne. Et ce vin de garde trôna aussi, certains jours, en face du Tsar Nicolas II, lors de ses repas ou lors de certains rendez-vous importants. Autre exemple, le vin de Château-Chalon fut également servi lors du couronnement de la reine Juliana de Hollande ...  Ce fameux vin jauner, que le temps n'altère pas, a toutefois eu des périodes tumultueuses, notamment lors de la révolution française. En effet, au cours de cette période, la production du vignoble fut compromise. Et par la suite, différentes maladies affectèrent la vigne - le mildiou, l'oïdium et surtout le phylloxéra. Dans un passé plus récent, les guerres et l'exode rural ont achevé de mettre à bas ce vignoble de prestige qui n'a du sa survie qu'à l'obstination de ses vignerons et à leur volonté de voir leur appellation reconnue en 1936. Dans les années 1970 deux facteurs sont venus conforter cette rennaissance. D'une part le remembrement et l'aménagement foncier ont permis de remettre en valeur le vignoble; d'autre part les progrès de l'oenologie ont permis aux vignerons de maintenir ce grand cru parmi l'élite des vins français.